Coup de coeur - Activités - Bio - Photos - Vidéos - Presse - Nouveautés
L'affaire DOLTO
 
 
Chronologie des faits (cliquez sur une date pour voir l'article)

17/03/2007 : Chronique de Edwige Antier sur France-Info
21/03/2007 : Article de Michel VAGNER dans L'est républicain
22/03/2007 : Attaque de Delphine Peras dans l'Express
29/03/2007 : Attaque de Caroline Eliacheff dans le Nouvel Observateur
29/03/2007 : Droit de réponse de Daniela Lumbroso paru dans le Nouvel Observateur
05/04/2007 : Réponse de Daniela Lumbroso dans l'Express
05/04/2007 : Le bloc note de Bernard-Henry Lévy dans Le Point (page 130)
06/04/2007 : Daniela Lumbroso répond aux internautes sur l'affaire Dolto

08/04/2007 : Article de Jacques Attali intitulé "Le biographe et le propriétaire" dans le JDD
06/2007 : Communiqué
10/09/2007 : Catherine Dolto est condamnée par le tribunal de police de Paris....
26/11/2008 : La 11ème chambre de la cour d'appel de Paris confirme son jugement.....
27/11/2008 : Le Parisien: Daniela Lumbroso gagne son procès...
 
Article de Michel VAGNER dans L'est républicain

Dolto par Lumbroso

Daniela Lumbroso a elle-même fait des études de sociologie et de psychologie.

L'animatrice de France 2 se fait la biographe inattendue de la psychanalyste des enfants, à la veille du centième anniversaire de sa naissance.
Daniela Lumbroso sait qu'elle va surprendre. Personne ne l'attend sur ce registre. Elle se pose même la question de sa légitimité : « Je ne suis pas psychanalyste », reconnaît-elle. Si elle consacre une biographie à Françoise Dolto, décédée en 1988, et qui aurait eu cent ans le 6 novembre 2008, c'est d'abord pour combler un vide : « J'avais acheté le tome 2 de sa correspondance. Je me suis aperçue très vite que ce n'était pas tellement lisible pour quelqu'un qui ne connaissait rien de la vie de son auteur. Mais aucune biographie n'existait », explique l'animatrice-productrice de France 2. Elle a approché la famille. Ni ses fils, Grégoire et Jean (le chanteur Carlos), ni sa fille et exécutrice testamentaire, Catherine Dolto-Tolitch, n'ont manifesté leur opposition, mais ils ont refusé de lui parler. Catherine Dolto-Tolitch prépare, en effet, son propre ouvrage sur sa mère, à paraître l'an prochain. Qu'un livre soit publié plus tôt contrecarrait ses plans, mais fair-play, elle a souhaité, par lettre, « bonne chance » à Daniela Lumbroso. Pourquoi a-t-elle persévéré ? « Je suis journaliste depuis 18 ans, j'ai fait des études de sociologie et de psychologie », répond-elle, « et ma mère [la journaliste Eliane Contini] a fait de longs entretiens avec Françoise Dolto, rediffusés récemment sur France Culture, que j'ai utilisés ».
Le Dolto de Lumbroso (Plon, 270 pages, 20 euros) se veut le récit d'une vie hors du commun : « Je me suis bien gardée de développer une quelconque théorie sur son oeuvre, ou de faire de l'interprétation sauvage. Je me suis concentrée sur les faits et les événements », dit la biographe qui dédie son livre à ses trois filles, Lola, Flora et Carla, élevées avec la « méthode » à portée de main.

Indépendance d'esprit
Une « méthode » née dans la douleur de l'enfance. Suzanne Marette, la mère de Françoise Dolto, n'était pas une tendre. Elle disait de sa fille qu'elle était « monstrueuse », plus tard elle la qualifiera de « pute ». « Elle l'a terriblement culpabilisée », précise Daniela Lumbroso « quand Jacqueline, l'enfant qu'elle préférait, est tombée malade, elle lui a lancé : « Toi qui fais ta première communion, tu es une âme pure, toi seule peut la sauver ». C'était évidemment impossible. La mort de sa soeur a marqué la fillette. Ce fut aussi un tournant dans la famille ».
Daniela Lumbroso insiste sur l'indépendance d'esprit, arrachée de haute lutte, de la future Françoise Dolto, qui s'est construite contre sa mère. Fiancée par obligation à un certain Edmond, elle avait rompu parce qu'elle n'éprouvait aucun sentiment envers lui, ce qui lui a valu un nouveau diktat maternel : « Tu ne te marieras pas tant qu'Edmond n'aura pas trouvé d'épouse ! ».
Cet antagonisme mère-fille, la complicité du père, l'animatrice de France 2 l'évoque en détail. Elle retrace le parcours semé d'obstacles d'une gamine à l'écoute du monde, grâce à la TSF, d'une adolescente en avance sur son temps, d'une jeune fille qui se réalisera sans être épargnée par la dépression. C'est la cure qui lui permettra de découvrir la psychanalyse. Ses études l'amèneront à ouvrir un cabinet. Et elle rencontrera la passion, avec Boris Dolto, un médecin d'origine russe.

Etonnée par sa foi
Le mariage, la naissance des enfants, la notoriété : Françoise Dolto était une femme libre qui croyait à la force des mots, à la communication, à la relation : « Dès l'âge de huit ans, elle voulait être médecin d'éducation. Très tôt, elle avait compris que les enfants réfléchissaient comme des adultes, même sans en avoir la maturité. Elle avait eu conscience aussi de l'interférence entre le psychologique et le corps. Si elle s'est intéressée aux tout-petits, aux nourrissons, et même à ceux encore dans le ventre de leur mère, c'est qu'elle considérait que les problèmes pris à temps pouvaient être résolus plus facilement ».
Daniela Lumbroso prévient : « Françoise Dolto ne propose pas de recettes. Toute sa vie, elle a cherché à nous éclairer sur les sujets complexes de l'enfance. Ce qui m'a le plus étonnée », ajoute-t-elle, « venant d'un esprit cartésien, c'est sa foi, l'idée qu'elle était persuadée de vivre entourée d'êtres invisibles, et pas seulement son bon ange gardien ».
Sa biographie publiée, la présentatrice, qui refuse d'être cataloguée, espère échapper à la polémique qui pourrait déborder du livre à la politique. Mais si son mari, Eric Ghebali, ancien secrétaire national de SOS Racisme, a organisé le meeting des « 1.000 pour la culture » pour Ségolène Royal, elle s'interdit de prendre position publiquement. Daniela Lumbroso reprendra du service en avril sur France 2 pour une émission intitulée « Vingt ans de rire » : « Je n'abandonnerai pas la télévision pour écrire », assure-t-elle bien qu'elle songe à une vaste histoire des principes d'éducation en France, « De Rousseau à Dolto ».

Michel VAGNER